Jouez au Go et Grandissez !

Jouez au Go et Grandissez !


JOUEZ ET GRANDISSEZ! 

  Pourquoi chaque école et bibliothèque devrait enseigner le jeu de Go aux enfants 

  par Roy Laird, Ph.D. 

traduction de cet article 


  

Introduction 

  Les jeux de compétition stimulent le développement cognitif et social de plusieurs manières. Les stratégies d'enseignement basées sur le jeu peuvent être un complément efficace aux méthodes traditionnelles pour plusieurs raisons: 

  Motivation intrinsèque: Par définition, tout jeu a un objectif qui engage le joueur. Les méthodes traditionnelles reposent sur le souhait de l'élève de plaire à l'enseignant et aux parents, ce qui peut également être efficace.  Les stratégies basées sur le jeu ajoutent un nouveau niveau d'engagement. 

  Pratique pertinente: les joueurs sérieux étudient le jeu de près, sachant que leur travail sera payant lorsqu'ils joueront. L'apprentissage traditionnel en offre moins. À quelle fréquence un enfant a-t-il une utilisation pratique des tableaux de multiplication?  (Une réponse: chaque fois qu'ils jouent, allez, comme nous en discuterons plus tard.) 

  Rétroaction en temps opportun: les comportementalistes savent que moins le temps passe entre le stimulus et la réponse, plus le renforcement est fort.  En jeu, le retour sur les avantages ou les déficits de chaque coup est immédiat. 

  Rappel opportun: les connaissances et les compétences ne valent rien, sauf lorsque vous en avez besoin. La capacité de rappeler les connaissances et l'expérience pertinentes au bon moment est une fonction importante qui est également renforcée pendant le jeu. 

  Contexte interpersonnel: L' introduction de jeux et d'énigmes dans l'environnement scolaire crée une dynamique différente, car les enseignants et les élèves abordent un problème ensemble.  Le mouvement Maths Arcade dans les universités britanniques utilise une variété d'énigmes et de jeux pour engager les étudiants et les professeurs dans un "environnement social basé sur la logique", dans l'espoir d'inspirer et de modéliser la pensée rationnelle et la résolution de problèmes. 

  Les échecs, qui sont devenus une partie importante de nombreux programmes après l'école et une présence croissante pendant la journée scolaire, sont largement reconnus pour leur impact bénéfique. L'ancien jeu asiatique de Go offre tous les avantages des échecs, ainsi que plusieurs autres caractéristiques uniques importantes: 

  •   En mettant l'accent sur l'équilibre et la concentration constructive, le jeu enseigne des valeurs telles que la retenue, la coopération au service d'un objectif plus large, etc. 

  •   Des études sur le cerveau ont montré que jouer au Go engage plus de régions différentes du cerveau et peut même produire des changements physiques. 




  L'importance du jeu

  "Jouer" est un mot avec de nombreuses significations, certaines impliquant un passe-temps superficiel et dénué de sens.  Ce qui est frivole ou insignifiant serait «un jeu d'enfant».  Lorsque nous parlons d’affaires, nous ne «jouons pas».  D'autres significations reflètent une expérience plus profonde et plus profonde.  Un drame impressionnant est un «grand jeu».  "Tout le travail et aucun jeu ne font de Jack un garçon terne."  "L'orchestre a joué à merveille."  Une manœuvre intelligente est "bien jouée". 

  Peut-être que l'essence du jeu est qu'il est intrinsèquement satisfaisant . Bien qu'il puisse atteindre des objectifs importants - habiletés motrices, apprentissage social - il ne poursuit aucun objectif plus large.  Les nourrissons commencent à explorer de manière ludique leur corps et le monde voisin (berceau, maman) peu après la naissance. En s'éveillant au monde plus large, les tout-petits découvrent le plaisir des jeux d'harmonisation tels que "chatouiller" et "peek-a-boo" avec des gens familiers, mais peuvent jouer de manière indépendante avec d'autres enfants ( jeu parallèle), sauf pour les conflits occasionnels sur un jouet.  Le jeu répétitif - remplir, ouvrir et fermer, cacher et chercher - évolue en jeu de représentation .  Faire semblant de jouer , seul et avec d'autres, renforce les compétences sociales et émotionnelles et favorise le développement du langage et la capacité de résolution de problèmes. 

  Le jeu implique une interaction active, pas seulement une expérience passive.  Pensez à la différence entre regarder une émission de télévision ou un film et jouer à un jeu vidéo sur le même écran.  Neuirologiquement, cela active le thalamus , qui régule la conscience et l'excitation, de sorte que l'attention, la concentration et le niveau d'intérêt sont élevés.  Mikhail Csikszentmihalyi nous dit que lorsque nous relevons un défi difficile avec une compétence suffisante pour le maîtriser, le "flux" qui en résulte est l'un des moments les plus sublimes de la vie. Un violoncelliste exécutant une suite de Bach, un danseur exécutant une tournée parfaite, un joueur d'esprit sportif qui envisage profondément le prochain mouvement, ce sont des exemples de ce que Maslowappellerait "une expérience de pointe". 

  Jeu compétitif

  À mesure que les enfants apprennent à coopérer les uns avec les autres dans les groupes sociaux, il devient possible de jouer des thèmes agressifs et de conduire d'une manière socialement acceptable, et la capacité à s'engager dans un jeu compétitif émerge. La plupart des parents soutiennent et encouragent l'intérêt de leurs enfants pour des sports comme le football, même s'ils ne sont pas des amateurs de sport. 

  Les sports d'esprit offrent également de nombreuses opportunités de croissance et de développement.  Un ensemble de compétences différent des sports physiques est requis;  les enfants qui ne sont pas doués pour le sport peuvent découvrir un royaume où ils excellent.  Les compétences dont les joueurs de sport mental ont besoin et se développent comprennent: 

  •   Attention - concentration : Les joueurs doivent rester concentrés tout au long du jeu pour réussir. 
  •  
     
  •   Lieu de contrôle / d'agence : les joueurs contrôlent ce qui se passe, plutôt que de simplement compter sur la chance ou le destin pour décider du résultat. 
  •  
     
  •   Esprit sportif : comme dans les sports physiques, les joueurs apprennent à jouer selon les règles, à être modeste dans la victoire, courtois dans la défaite et honnête dans le traitement des adversaires. 
  •  
     
  •   Pensée séquentielle : les joueurs doivent anticiper les développements futurs et utiliser des méthodes telles que l'heuristique, les formules, les arbres de décision et l'intuition pour anticiper, comprendre le plan de l'adversaire et réagir efficacement. 
  •  
     
  •   Pensée stratégique et tactique : les joueurs doivent gérer les préoccupations immédiates tout en gardant à l'esprit les objectifs à long terme. 
  •  
     
  •   Flexibilité : les joueurs doivent rester attentifs à la possibilité qu'un meilleur plan soit possible, ou qu'un plan différent soit nécessaire. 
  •  
     
  •   Planification : les joueurs doivent développer un plan de victoire et coordonner leurs actions pour réaliser ce plan. 
  •  
     
  •   Mémoire : les joueurs appliquent leurs connaissances et leur expérience au processus de sélection des coups. 
  •  
     
  •   Développement des compétences: des études d' Alfred Binet et d'autres ont montré que les souvenirs de souvenirs des joueurs d'échecs forts ne sont en réalité pas meilleurs que la moyenne; la différence est intuitive. Lorsque l'adversaire du joueur maître bouge, plusieurs réponses possibles viennent immédiatement à l'esprit du maître, comme n'importe quel "pousseur de bois". La différence est que le cerveau du joueur principal offre intuitivement de meilleurs mouvements et est plus compétent pour sélectionner les meilleures options qui viennent à l'esprit, en fonction de la reconnaissance des formes.
     
  •   Motivation : les joueurs sont des apprenants motivés; ils reçoivent une rétroaction immédiate du monde réel sur leurs efforts, et ils voient de meilleurs résultats comme une conséquence naturelle d'un effort soutenu. Pour certains élèves qui éprouvent des difficultés avec les sports physiques, les compétences en classe ou l'interaction sociale, la compétition mentale peut devenir un domaine où exceller. 
  •  
     
  •   Engagement thalamique: contrairement aux formes de jeu libres comme le jeu fantastique ou imaginatif, un jeu offre un format hautement structuré et orienté vers un but.  Chaque acte d'un joueur appelle une réponse spécifique de l'autre joueur.  Les deux formes sont importantes. Le jeu libre met l'accent sur la pensée du cerveau droit, alors que la plupart des jeux demandent plus d'activité cérébrale gauche.  Le Go semble activer uniquement les deux hémisphères. 

  Les éducateurs et les parents sont de plus en plus conscients de la valeur des jeux comme outil d'apprentissage .  Pour répondre à la demande croissante de moyens d'intégrer des jeux dans la salle de classe, la section américaine de la World Mind Sports Association a lancé un projet avec le Berkman Center for Internet and Society à Harvard et le MIT Media Lab pour développer une boîte à outils en ligne pouvant être intégré dans les études en classe pour enseigner le go, les échecs et d'autres jeux. 


  Les échecs: un outil de méta-apprentissage presque parfait

  Les échecs sont à eux seuls un booster d'apprentissage largement reconnu pour un large éventail d'étudiants, leur permettant de développer des compétences de "méta-apprentissage", créant une base qui permet un apprentissage général plus efficace et plus efficace.  Des preuves crédibles ont été compilées il y a des décennies dans le résumé de recherche sur les échecs en éducation de Ferguson (1995) et d'autres ont été citées dans une revue de littérature de 2003 par la Fondation américaine pour les échecs .  Des programmes financés par Title I comme Chess In The Schools ont initié plusieurs milliers d'élèves aux échecs au fil des ans.  Le NYC Dept. of Education forme des centaines d'enseignants en classe à enseigner les échecs dans le cadre de leur programme d'études basé sur les normes chaque année par le biais de Chess-In-The-Schools Teacher Training Institute.  En 2012, l'Europe a décidé de passer à l'acte, lorsque le Parlement européen a récemment accepté de financer des programmes d'échecs en milieu scolaire dans toute l'Union européenne, en utilisant le système "Chess In Schools" de Garry Kasparov

  Le programme d'échecs à IS 318, un collège public de Brooklyn , montre ce qui est possible. Tous les élèves de sixième année sont tenus de participer à l'enseignement hebdomadaire des échecs et peuvent poursuivre leurs études s'ils le souhaitent en septième et huitième années.  Comme indiqué dans le New York Times , l'équipe de l'école a récemment remporté le National High School Championship, montrant ce qu'un environnement d'apprentissage engagé peut accomplir. Elizabeth Spiegel, l'entraîneur d'échecs à plein temps de l'école, déclare que "l'école considère les échecs non pas comme un autocuiseur compétitif mais comme un moyen d'apprendre comment fonctionne son esprit", développant des compétences transférables qui peuvent ensuite être appliquées à d'autres apprentissages.  Le programme IS 318 fait l'objet du documentaire Brooklyn Castle


  Go: l'outil parfait

  Si les échecs peuvent avoir une telle influence positive, qu'en est-il de Go?  Examinons plus en détail les avantages cognitifs, sociaux et développementaux uniques de Go: 

  •   Simplicité: Le Go est extrêmement simple, épuré par des règles artificielles ou arbitraires. Tout évolue naturellement et avec élégance à partir du principe central du surround et de la capture, même des cas spéciaux comme le ko et le seki . L'historien réputé de William Pinckard l'a appelé "un miroir presque idéal pour refléter les processus de base de la mentation". 

  •   Complexité: la planche pleine grandeur est plus de cinq fois plus grande qu'un échiquier (361 intersections contre 64 cases).  conduisant à une explosion exponentielle de possibilités.  Le nombre de parties de Go possibles a été estimé à 10, suivi de> 170 zéros.  En comparaison, le nombre de particules subatomiques dans l'univers connu contient moins de 30 zéros.

  •   Complexité progressive: la plupart des jeux de stratégie commencent par la configuration du plateau.  Les pièces sont ensuite capturées et retirées du plateau à mesure que le jeu progresse.  Chacune de ces captures simplifie le jeu dans une certaine mesure. Les jeux de go, en revanche, deviennent de plus en plus complexes, car les pierres continuent d'apparaître partout sur le plateau.  Les jeux de société de style allemand tels que Carcassone partent également de zéro et se construisent au fur et à mesure que le jeu progresse, mais peu d'autres jeux de société partagent cette caractéristique.

  •   Évolutif: les éducateurs qui ont découvert comment les jeux peuvent aider le processus d'apprentissage parlent de jeux de «forme courte» - ceux qui correspondent à une période de classe - et de formes plus longues qui sont en fait plus «collantes» et «engloutissent le temps», amenant les joueurs à plongez-vous dans un monde qui stimule l'apprentissage.  Go est unique en ce qu'il est "évolutif" et s'intègre confortablement dans les deux catégories. Alors que les jeux sur le tableau de taille normale peuvent prendre une heure ou plus, les tableaux plus petits sont largement disponibles dans les tailles standard, en particulier 9x9 et 13x13. Un jeu 9x9 peut prendre aussi peu que dix minutes, donc une exposition en classe peut attirer les étudiants dans des clubs et des programmes spéciaux où ils peuvent plonger dans les profondeurs du jeu. 

  •   Champ de jeu plus large: les joueurs de Go peuvent placer une pierre n'importe où et à tout moment (sauf pour le suicide dans certains ensembles de règles).  Au début d'une partie d'échecs, seuls 20 coups sont possibles.  La plupart des parties d'échecs durent 50 ou 60 coups. En revanche, presque tous les jeux de go durent au moins 100 coups - et à ce stade, chaque joueur a encore plus de 200 coups possibles à considérer à chaque tour. 

  •   Un terrain de jeu égal: Le système de handicap naturel permet de compenser la différence de force entre presque deux joueurs.  Le joueur le plus faible commence simplement par placer sur un plateau un nombre de pierres égal à la différence de rang. 

  •   Aspects historiques et culturels: L'intérêt d'un élève pour le Go peut inspirer un intérêt plus large pour la culture et l'histoire asiatiques.  Les coutumes de respect, de discipline et d'esprit sportif établies de longue date , similaires à celles que l'on trouve dans les arts martiaux asiatiques, apportent un certain décorum à la communauté de Go. 

  •   Cherchant l'équilibre, pas le triomphe: les échecs sont un jeu de tout ou rien: Go est un jeu d'équilibre, incarnant le concept asiatique du yin / yang .  Prenons par exemple une rangée de pierres.  Le plus rapproché, le plus solide et immunisé contre les attaques;  plus ils sont éloignés, plus ils peuvent capturer ou influencer de zones.  Le joueur avisé cherche toujours l'équilibre entre l'agression et la défense, le territoire et l'influence.  un célèbre proverbe de Go dit: "Les hommes riches ne devraient pas se battre". 

  

Le grand maître suédois Tiger Hillarp Person , l'auteur de " Tiger's Modern ", trouve que ce sera un bon complément à son plaisir d'échecs.  Dans la section go de son blog « Chess at the Bag of Cats », il écrit: «J'ai commencé avec Go au début de 2011 et, après une montée rapide à environ 9kyu, j'ai gagné environ 4kyu un an depuis ensuite.  Je peux vraiment recommander aux joueurs d'échecs de le faire pour plusieurs raisons. Premièrement, si vous êtes trop incliné tactiquement, alors en jouant à Go, vous serez obligé de penser à des choses comme la «structure» et les «plans». Deuxièmement, si vous travaillez en tant qu'entraîneur, revivre la difficulté d'être un débutant dans un jeu difficile (comme les Echecs ou le Go) améliorera certainement votre compréhension de ceux que vous entraînez. Troisièmement, il y a peu de choses qui vous permettent d'apprécier la «nature» de ce que vous avez appris en tant que joueur d'échecs et l'apprentissage du Go rendra évident que vous savez des choses qui transcendent l'échiquier. » 


  Recherches récentes sur le Go 


  Les jeunes enfants se développent plus rapidement: le chercheur coréen Baromi Kim a divisé 64 élèves de première année en deux groupes.  L'un a appris Go, l'autre non. En testant chaque groupe avant et après, elle a constaté que le groupe Go-playing progressait plus rapidement de plusieurs manières mesurables. 

  Les joueurs de Go utilisent davantage leur cerveau : une équipe de chercheurs chinois dirigée par Xiangchuan Chen a mesuré la fonction cérébrale des joueurs de Go en action, puis a comparé leurs résultats aux résultats d' une étude identique sur les joueurs d'échecs . Ils ont constaté que si le cerveau des joueurs d'échecs semblait principalement activé dans l'hémisphère gauche, le cerveau des joueurs de Go était également actif dans les deux hémisphères

  Learning Go produit des changements physiques réels du cerveau: B. Lee et.  Al. au Clinical Cognitive Neuroscience Institute de Séoul, en Corée, a comparé le cerveau des joueurs et des non-joueurs de Go et a découvert que le cerveau des joueurs contenait plus de matière blanche , qui coordonne la communication entre les différentes régions du cerveau. 


  Liens vers le curriculum de base

  Les jeux ont un haut degré de motivation intrinsèque, donc lorsqu'ils peuvent promouvoir ou renforcer l'apprentissage et le développement, ils sont des outils précieux. 

  Mathématiques: les liens vers le programme de base commencent avec le premier jeu Go de l'élève.  Tout enfant de cinq ans qui joue à un jeu de 9x9 aura besoin de compétences en calcul pour savoir qui a gagné.  Les compétences d'addition entrent rapidement en jeu, en particulier sur le plus grand tableau où les scores de territoires séparés doivent être combinés.  Plus tard, les élèves peuvent utiliser leurs compétences de multiplication sur le grand tableau.  Apprendre à identifier les coordonnées de mouvement renforce les compétences en lecture de graphiques . Les puzzles mathématiques de niveau supérieur qui vous intéressent comprennent: Comment calculer le nombre total de jeux possibles?  À quel point le joueur le plus fort du monde est-il plus fort que le joueur le plus faible du monde?  Comment concevoir un système de notation précis et fiable?  Comment déterminer le handicap correct pour un match pair? 

  Language Arts: Go est apparu comme un thème important dans divers livres et autres médias.  Cliquez ici pour plus d'informations. 

  Science: Après des décennies de travail par des informaticiens, les programmes sont plus forts que jamais, mais les meilleurs ne sont toujours pas à la hauteur d'un joueur de haut niveau.  Katie Hafner et George Johnson expliquent pourquoi d'une manière qui met en évidence les limites de l'informatique et la magnificence du cerveau humain. 

  Études sociales : Go est une fenêtre naturelle sur la culture et l'histoire asiatiques.  En Chine, il est devenu l'un des « quatre arts d'un érudit chinois » requis.  Au Japon, le premier Shogun a créé Four Go Houses pour participer aux Castle Games annuels pour le bureau convoité de Godoroko, ou ministre de Go.  Des centaines d'œuvres illustrent ces événements et d'autres événements historiques et culturels liés à Go.  Dans les temps modernes, les tournois internationaux de go ont favorisé l'amitié et la compréhension internationales. 


  Comme pour de nombreuses activités de ce type, l'utilisation de jeux en classe fait intervenir des facteurs importants: 

  Apprentissage par projet : lorsque les élèves apprennent ensemble, organisent une ligue et poursuivent d'autres intérêts liés au jeu, ils acquièrent des compétences organisationnelles, un travail d'équipe, un suivi et de nombreuses autres compétences importantes. 

  Apprentissage motivé : Comme indiqué ci-dessus, les étudiants qui se sont intéressés au Go sont prêts à absorber le matériel connexe dans les matières de base.  La communication Go As décrit comment le Go peut même être utilisé avec des populations particulières telles que les personnes âgées et celles ayant des retards de développement.  (Si vous êtes enseignant, obtenez votre exemplaire gratuit auprès de l'AGF !) 

  Modélisation : les enseignants qui sont nouveaux dans le jeu peuvent montrer aux élèves les méthodes et les principes qu'ils utilisent pour saisir les bases et améliorer leurs compétences, et dialoguer sur le processus d'apprentissage. 

  Apprentissage collaboratif : juste avertissement aux enseignants: à moins que vous ne soyez déjà un joueur expérimenté, il est peu probable que vous restiez longtemps le plus fort concurrent de votre classe.  La capacité d'apprentissage de l'esprit en développement permet aux enfants de s'améliorer très rapidement.  Pensez aux gains d'estime de soi qui peuvent se produire lorsque les élèves-élèves dépassent leurs enseignants adultes. 


  Allez et les "trois jeux" - un paradigme pour notre temps

  Dans son essai Go and the Three Games , William Pinckard a noté une relation intéressante entre trois grands jeux qui ont résisté à l'épreuve du temps - le backgammon, le bridge et le go. 

  Chacun semble répondre à l'une des trois questions fondamentales de l'existence humaine: 


  - L' homme contre le destin: comment dois-je comprendre et me rapporter à l'univers et au monde qui m'entoure?  Le jacquet semble capturer l'essence de notre lutte en tant que chasseurs-cueilleurs avec des forces indépendantes de notre volonté. "Les joueurs sont confrontés les uns aux autres, mais chacun essaie de capturer une vague de chance et de la mener à la victoire. Le perdant maudit son malheur et réessaye, mais l'individu est impuissant sous l'emprise de forces supérieures." Les premiers hommes évitaient le contact autant que possible, tout comme les pépins de backgammon simples fuient vers la barre à tout contact, puis rentrent d'un autre côté. 


  - Homme contre homme: Comment dois-je comprendre et comprendre mes semblables? Au fur et à mesure de l'évolution des sociétés d'élevage et des sociétés agraires, et avec elles le concept de propriété - bétail, terre, cultures, biens, les unes aux autres -, elles se sont inévitablement heurtées.  Les empires montaient et descendaient.  Les armées s'affrontèrent, chacune voulant détruire l'autre.  Les échecs, avec des adversaires enfermés dans un concours où il faut mourir, reflètent cette dynamique. Pinckard note que «les pièces, du roi au pion (peon), donnent une image d'une société hiérarchique aux pouvoirs strictement définis et limités». Cette essence d'échecs «gagnant-tout» se traduit par une communauté de joueurs hautement compétitive, voire agressive, comme décrit par exemple dans l' article de Smithsonian Magazine The Opponent Must Be Destroyed

  Mais le monde moderne est multidimensionnel. D'autres pays peuvent être plus précieux en tant que partenaires commerciaux que ennemis, ou les relations les plus pratiques peuvent impliquer ces deux thèmes.  Les impératifs de la concurrence et de la coopération se mêlent.  Dans le monde du Go, les joueurs sont naturellement conduits à cette perspective.  Jouer honnêtement son rang signifie perdre environ la moitié de ses matchs - et une vie de jeu passionnant et équilibré.  Les joueurs de Go sont déterminés à gagner, mais le sens est différent.  La question de savoir qui est le plus fort est souvent réglée par handicap avant le début du match.  Une série de victoires justifiera une revendication d'un rang plus élevé, mais un match individuel n'est pas si important.  Gagner avec une mince marge est souvent plus satisfaisant qu'une défaite écrasante. 


  - L' homme contre soi: qui suis-je?  Comment je me vois?  Le monde de Go est la méritocratie ultime.  Le rang est gagné et prouvé.  Le but n'est pas de gagner des matchs, mais d'améliorer ses compétences. 

  Nous pouvons trouver dans Go une incarnation du dilemme central de l'homme dans le monde moderne. Les échecs, avec leurs forces soigneusement réparties qui exercent des pouvoirs arbitrairement assignés et limités, semblent incarner un conflit de pouvoirs de style guerre froide d'une époque révolue.  Les pierres de Go, en revanche, peuvent apparaître n'importe où à tout moment.  Ils tirent leurs pouvoirs de leur relation avec d'autres pierres. "Alors que les pièces d'échecs marquent les mouvements des pouvoirs abstraits à travers l'espace, les pièces de Go enregistrent le pur mouvement du Temps. Un noir est posé, puis un blanc - l'un n'a pas de sens sans l'autre."  ( Shotwell 2002


  Pinckard conclut: «Le fait que nous ayons ces trois montre qu'ils répondent aux besoins fondamentaux de l'esprit humain . Les gens sont partout préoccupés par les structures sociales, la position et le statut; et toute personne capable de réflexion doit parfois spéculer sur sa relation privée avec la fortune et le destin. Mais Go est le seul jeu qui retourne toutes les préoccupations et spéculations sur leur source. Il dit, en effet, que tout le monde commence sur un pied d'égalité ... Et que ce qui se passe ensuite n'est pas le destin ou ... la position sociale mais seulement la qualité de votre propre esprit." 


  Pourquoi n'est-il pas plus populaire en Occident?  Et que peut-on faire? 


  Alors que Go reste largement inconnu en Occident, les échecs, avec leur fondement évident dans l'histoire occidentale, sont profondément ancrés dans la culture occidentale.  Bien que plusieurs variantes d'échecs soient très populaires en Asie ( shogixiangqijanggi ), aucun jeu de Go-like n'est jamais apparu en Occident. D'une certaine manière ineffable, il semble que l'état d'esprit asiatique était nécessaire dans un sens pour «découvrir» le Go, qui découle naturellement de la prémisse centrale d '«entourer» comme des corollaires d'un axiome. Pourquoi le Go reste-t-il si peu connu en Occident, et comment comprendre cela peut-il nous aider à évoluer vers une culture du Go occidental durable? 

  Compatibilité culturelle : Avec sa lutte acharnée pour le cœur de l'adversaire, les échecs semblent faire écho à la nature catégorique, «tout ou rien» de la pensée occidentale.  La pensée asiatique, en revanche, semble plus préoccupée par l'équilibre des forces opposées (yin et yang). De plus, les pièces individuelles de Go n'ont aucune signification, uniquement en tant que partie d'un groupe, tandis que les pièces d'échecs ont des pouvoirs assignés arbitrairement. 

  Histoire: Les jeux d'échecs sont plus populaires aujourd'hui que Go dans toute l'Asie, et l'ont toujours été.  Tout au long de la majeure partie de son histoire, le Go a été joué principalement par les classes supérieures. Il semble donc que les jeux d'échecs aient pu se propager parce qu'ils expriment un thème universel - le choc "à mort" entre des forces où certains sont rois et d'autres sont des pions.  L'essence subtile et abstraite de Go est plus difficile à saisir. 

  Flexibilité: Ulrich Schadler, dans son essai «Certains jeux voyagent, certains non» pour la Conférence internationale de 2003 sur Baduk, note que «les jeux ressemblent à des parasites - ils ont besoin d'êtres humains pour survivre et se propager». (Peut-être que la relation est plus symbiotique que parasitaire.) Il suggère que "les échecs ont changé et ont été adoptés pour différentes traditions culturelles ... Une fois que l'idée de nommer les pièces différemment a été établie, des variations locales sont apparues; le jeu a été transformé selon la situation régionale: le ministre indien est devenu vizir dans certaines régions indiennes et finalement une reine en Europe; le char a été remplacé par un bateau dans certaines régions indiennes et est finalement devenu une tour de fortification en Europe; les Anglais pensaient qu'un roi et une reine pouvaient besoin d'un évêque plus qu'un éléphant, tandis que les Allemands préféraient un héraut. "  Ainsi, la nature anonyme des pierres de Go est peut-être un problème. 

  Sommes-nous encore là?: Les échecs ont (généralement) une fin claire et précise - échec et mat.  En revanche, lorsque le dernier coup d'une partie de Go proche est joué.  le gagnant peut ne pas être évident;  en fait, il n'est peut-être même pas clair que le jeu est terminé.  Go est éphémère, connu dans le monde entier sous plusieurs noms différents. La communauté mondiale des joueurs n'est pas en mesure de s'entendre sur les règles de base - il existe au moins six ensembles de règles distincts - et pourtant tout le monde sait jouer.  C'est peut-être la beauté de Go - cela ne révèle ses merveilles qu'à l'étudiant persévérant. 

  En 1952, la Fédération américaine des échecs comptait moins de 1 200 membres.  Aujourd'hui (2012), il y a plus de 80 000 membres de l'USCF, dont plus de 50 grands-maîtres. Deux poussées expliquent cette croissance - l'une tirée par la rivalité Fischer-Spassky des années 1960, l'autre par une expansion drastique des acteurs scolaires. Au début des années 90, le nombre d'élèves joueurs est passé de 50 000 à 80 000 en quelques années, en raison de l'accent mis sur les échecs dans les écoles. 

  Les étudiants qui apprennent le Go obtiennent tous les avantages des échecs et les qualités uniques qui font du Go un "miroir presque parfait des processus de mentation", une "façon d'apprendre comment fonctionne son esprit".  Plus un passe-temps de vie profondément satisfaisant.  Un enthousiasme soigneusement choisi peut grandement enrichir la vie.  Lorsque les jeunes choisissent leurs passions pour la vie, Go devrait faire partie de leurs choix. 

  ---------------------------- 

  À propos de l'auteur: Dr Laird est titulaire d'un doctorat.  dans le traitement clinique des enfants et des adolescents de la NYU School of Social Work.  Il travaille avec des enfants en milieu clinique et scolaire depuis plus de trente ans.  Laird est également un passionné de Go passionné à vie qui joue à peu près au niveau 3K.